Protéger ses données personnelles

Vous redoublez toute l’année de vigilance avec les données professionnelles dont vous disposez, ne baissez pas la garde avec vos données personnelles et suivez ces quelques conseils pour passer des vacances sereines !

 

Au sein de votre entreprise, vous avez lu et intégré les consignes de sécurité relatives au bon traitement de vos données. Vous savez que les datas de votre entreprise sont stratégiques et confidentielles. En tant que particulier, vous vous pensez peut être à l’abri. “Je n’ai rien à cacher !” C’est trop souvent ainsi que les individus réfléchissent et négligent de protéger avec vigilance leur vie privée. Parce que les enjeux économiques ne sont pas les mêmes, la vigilance est moindre. Ajoutez à cela l’insouciance et le sentiment d’immunité liés aux vacances et vous prendrez des risques non négligeables. Voici quelques conseils pour lutter efficacement contre les cyberattaques.

 

Attention à vos publications sur les réseaux sociaux

La tentation est grande de partager sur les réseaux sociaux ses vacances. Elles sont alléchantes, vous êtes bronzé, détendu… Veillez pourtant à ce que vous postez et à la confidentialité de ce que vous publiez. N’oubliez pas qu’avant chaque embauche, les recruteurs regardent sur internet le profil des candidats. Sur du court terme, dire que vous êtes en vacances, c’est aussi dire que votre habitation est vide et donc vulnérable… La géolocalisation active sur vos profils permettra à des cambrioleurs de retrouver sans peine votre lieu de résidence et de profiter de votre absence pour vous cambrioler sans risque. Pensez aussi à la multitude d’informations contenues dans les codes barres de votre titre de transport… Au moment de l’embarquement, vous avez été surclassé ou bien vous êtes bien placé dans l’avion et vous avez envie de le partager sur les réseaux sociaux en montrant la photo de votre billet. Là encore, vous offrirez à des personnes malveillantes de nombreuses clefs pour vous pirater par la suite.

 

Ne vous servez pas des ordinateurs publics

Mis à disposition dans les hôtels, dans les cybercafés ou dans certaines grandes enseignes, ces ordinateurs connectés sont d’autant plus alléchants lorsque l’on ne possède pas une connexion internet efficace tout au long de la journée… Nous vous conseillons néanmoins fortement de ne pas les utiliser ! Ces appareils ne sont que rarement protégés par des antivirus et peuvent déjà être infectés. Si vraiment vous avez besoin d’utiliser ces ordinateurs, veillez à n’y écrire aucune information personnelle, ne vous connectez pas à vos comptes sur les réseaux sociaux ni à votre boîte mails et encore moins à votre espace bancaire ! N’effectuez pas d’achats. Ayez bien en tête qu’avez un keylogger – un enregistreur de frappes –, chaque lettre ou chiffre tapés sera enregistrés et pourra être réutilisés à des fins de piratages.

 

Sauver l’immatériel

Même en étant prudent, le risque zéro n’existe pas… Votre domicile peut être cambriolé, votre chambre d’hôtel vidée ou vous pouvez être victime d’un vol à l’arrachée… Face à ces situations, vous pouvez tout de même protéger vos données et limiter l’impact de ces agressions. Faites des copies numériques de vos papiers d’identité et d’assurance et enregistrez les en ligne sur un cloud. Vous pourrez ainsi les conserver et les consulter du monde entier, à tout moment et vous sortir de situations administratives complexes.

 

Méfiez-vous des wifi publics gratuits

Se connecter à un wifi public, c’est-à-dire tous ceux ne nécessitant pas l’entrée d’un code, avec cadenas ouvert, vous expose à un risque élevé de piratage. Afin de limiter cela, connectez-vous uniquement lorsque votre accès peut être sécurisé. Attendez d’être de retour à l’hôtel et utilisez le wifi accessible par mot de passe. Les plus vigilants utiliseront même un VPN (réseau privé virtuel) qui assurent le cryptage des données envoyées et reçues. Ils vous permettent en outre de sélectionner une adresse IP française quand vous êtes à l’étranger. Cela vous évite les multiples contrôles (“merci de cliquer sur les panneaux de signalisation sur les photos ci-dessous”… nous l’avons tous eu au moins une fois…) imposés par les messageries en ligne, les cloud, etc. Attention toutefois aux VPN gratuits qui ne vous protègent pas systématiquement. Et n’oubliez jamais l’adage : “si c’est gratuit, c’est vous le produit”…

Cette liste n’est certes pas exhaustive, le meilleur moyen de protéger ses données étant de… ne pas en produire ! En veillant à respecter scrupuleusement ces quatre items, vous limiterez néanmoins les risques de cyberattaques auxquels vous vous exposez en surfant sur Internet.